De passage sur la terre, en marche vers le ciel

La marche me rappelle ce caractère provisoire de la vie d’ici-bas, caractère provisoire aussi de la condition humaine et de ses limites, on est en marche vers le ciel ! « Va dans le pays que je te montrerai », dit Dieu à Abraham, en l’appelant de sortir de son « chez-lui », de quitter tout, pour découvrir cette aventure d’un lieu autre, d’un lieu sans lieu, l’aventure de la marche, du pèlerinage, conduit par cet Autre, vers qui tous les chemins convergent, Dieu.

Oui, j’aime tant ces hommes et femmes, nomades de Dieu, qui parcouraient – et parcourent encore – les pistes du désert, ne cherchant pas à s’installer plus longtemps qu’il ne le fallait. Ne pas m’arrêter à chercher… « Je ne peux m’empêcher de penser que la foi est une recherche et qu’elle doit nous mettre en partance, faire de nous des marcheurs. Dieu ne se laisse pas toucher facilement. Il faut avoir une âme de nomade pour le trouver… » 

Théodore Monod

Marcher pour louer et contempler

La marche m’expose au vent, à la fatigue, au silence, à la liberté, à l’émerveillement, qui permettent à accueillir, à se vider, à me reposer, à relire et recueillir, à lâcher prise pour un instant mes habitudes, mes préoccupations.

Marcher m’ouvre et me décentre de moi-même, me rend disponible à la beauté de la création et m’incite à l’action de grâce, à louer le Seigneur pour les merveilles qu’Il a faites.

 Wilfried GUYOT/CIRIC

Le déséquilibre, une invitation à la confiance

Mais la marche me fait aussi découvrir l’étonnant déséquilibre, la fragilité, qu’elle signifie. Un pas devant l’autre, et jamais cette position « entre-deux » s’avère stable. Chaque pas est si important, chaque pas a du poids et me porte. Marcher, c’est vivre aussi entre deux pas, et non pas seulement à chaque pas. J’apprends à faire confiance. Et apprendre l’attention, la vigilance, le regard, l’apprivoisement de la route par les pieds.

Il y a quelque chose qui se passe. La joie me rentre dans le cœur, comme si elle passait par mes pieds. Et j’apprends de nouveau à tenir debout – ressuscité – la tête au ciel et les pieds bien enracinés sur la terre.

Je vous invite à la marche – peut-être cet été ? Elle conduit inévitablement à une rencontre…

Marche

Tu es né pour la route.
Marche.
Tu as rendez-vous.
Où ? Avec qui ? Tu ne le sais pas encore…
Avec toi, peut-être ?
Marche.
Tes pas seront tes mots.       
Le chemin, ta chanson.
La fatigue, ta prière.
Et ton silence, enfin, te parlera.
Marche seul, avec d’autres, mais sors de chez toi.
Tu te fabriquais des rivaux :
tu trouveras des compagnons.
Tu te voyais des ennemis :    
tu te feras des frères.
Marche.
Ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton cœur.
Marche.
Tu es né pour la route,
celle du pèlerinage.

Un Autre marche avec toi et te cherche pour que tu puisses le trouver.
Il est ta Paix
Il est ta Joie
Va
Déjà, ton Dieu marche avec toi.

Congrès européen des pèlerinages

Prière du pèlerin de la montagne 


Seigneur Jésus, vous qui avez fait 
un si long déplacement d’auprès le Père 
pour venir planter votre tente parmi nous.

Vous qui êtes né au hasard d’un voyage 
et avez couru toutes les routes 
celle de l’exil, 
celle des pèlerinages, 
celle de la prédication : 
tirez- moi de mon égoïsme et de mon confort, 
faites de moi un pèlerin.

Seigneur Jésus, vous qui avez pris 
si souvent le chemin de la montagne 
pour trouver le silence, retrouver le Père 
pour enseigner vos Apôtres, 
Proclamer les béatitudes, pour offrir votre sacrifice, 
envoyer vos Apôtres et faire retour au Père.

Attirez- moi vers le haut, 
faites de moi un pèlerin de la montagne, 
à l’exemple de saint Bernard. 
J’ai à écouter votre parole, 
j’ai à me laisser ébranler par votre amour.

Sans cesse tenté de vivre tranquille, 
vous me demandez de risquer ma vie, 
comme Abraham, dans un acte de foi 
sans cesse tenté de m’installer, 
vous me demandez de marcher en espérance vers vous, 
le plus haut sommet, dans la gloire du Père.

Crée par amour, pour aimer, 
faites, Seigneur, que je marche, 
que je monte, par les sommets, 
vers vous, 
avec toutes ma vie, 
avec tous mes frères, 
avec toutes la création, 
dans l’audace et l’adoration. Amen. 


Chanoine Dalloz

Prière du voyageur 


O toi le Dieu très présent, 
Guide-nous dans la paix 
vers laquelle nous voulons aller. 
Permets que nous atteignions 
notre but sans encombre. 
Protège-nous de tous les dangers 
pendant que nous voyageons 
sur terre, sur la mer ou dans les airs. 
Ouvre nos yeux et notre cœur 
afin que nous voyions ton visage 
à travers la beauté du monde 
et la rencontre du prochain. 
La création que nous découvrons 
avec étonnement, 
jour après jour, 
c’est la tienne, Seigneur. 
Tu es si merveilleux. 
Nous te remercions. Amen.

Prière des Pèlerins 


Ô Dieu qui avez fait partir Abraham de son pays 
et l’avez gardé sain et sauf à travers ses voyages, 
accordez à vos enfants la même protection. 
Soutenez-nous dans les dangers 
et allégez nos marches. 
Soyez-nous une ombre contre le soleil, 
un manteau contre la pluie et le froid. 
Portez-nous dans nos fatigues 
et défendez-nous contre tout péril. 
Soyez le bâton qui évite les chutes 
et le port qui accueille les naufragés. 
Afin que, guidés par Vous, 
nous atteignons avec certitude notre but 
et revenions sains et saufs à la maison. 


Jean Debruynne

Prière missionnaire 


Seigneur, nous te prions 
pour toutes ces personnes 
qui acceptent de proclamer 
ton nom à toutes les nations. 
Nous te prions, également pour tous ces témoins 
qui dénoncent les injustices d’aujourd’hui, 
qui écoutent le cri de ton peuple et qui vont, 
de par le monde, intervenir en ton nom. 
Nous te rendons grâce, 
Christ Jésus, pour ces hommes 
et ces femmes qui osent, 
encore aujourd’hui être signes de ton amour. Amen.

Bénédiction des pèlerins 


Seigneur, Tu as fait traverser la mer 
à pied sec aux enfants d’Israël. 
Tu as montré aux trois Mages, 
en les guidant par une étoile, 
le chemin qui conduit à Toi.

Nous t’en prions : 
donne-nous bonne route et beau temps. 
Fais qu’en compagnie de ton saint ange, 
nous puissions parvenir heureusement 
au lieu que nous voulons atteindre 
et à la fin, au port du salut éternel.

Seigneur, sois attentif à nos supplications 
et règle le voyage de tes serviteurs 
pour qu’il se fasse heureusement 
sous ta sauvegarde.

Fais que parmi toutes les vicissitudes 
de ce voyage qu’est cette vie, 
nous soyons toujours sous ta protection 
et celle de Marie, notre Mère. 
Allons dans la paix au nom du Seigneur !


Anonyme

« Prière du Pèlerin » du Père Joseph Folliet

à la Sainte Trinité

Voici la Prière « Sous l’ombre de Vos ailes, ô mon Dieu, et de votre Amour, je me mets en route » du Père Joseph Folliet (1903-1972) surnommé Frère Genièvre, Prêtre de l'Institut du Prado pour l’évangélisation des pauvres, des ignorants et des pécheurs, cofondateur des « Compagnons de Saint François », expert auprès du concile Vatican II et fondateur de « La Vie Catholique Illustrée ». 
La Prière du Pèlerin du Père Joseph Folliet « Sous l’ombre de Vos ailes, ô mon Dieu, et de votre Amour, je me mets en route » : 

« Ô Dieu qui avez conduit l’exode de Votre peuple, le jour par la colonne de brumes, la nuit par la colonne de feu, guidez chacun de mes pas, afin que je marche, sans égarement ni retard, dans la bonne route. Seigneur, qui par l’intermédiaire de l’ange Raphaël avez conduit le jeune Tobie vers un but salutaire, faites que ce pèlerinage, entrepris pour votre gloire, profite à la santé de mon corps et à l’équilibre de mon âme. Ô Vous qui avez accompagné et protégé la Sainte Famille lorsqu’elle fuyait la rage du tyran et la chasse des mercenaires, permettez-moi d’échapper à la poursuite folle des passions, aux embuscades du péché et à la colère de celui qui rôde, comme un lion cherchant sa proie. Ô Jésus, soyez mon Compagnon de chemin, comme Vous fûtes celui des Apôtres, des Disciples, des Saintes Femmes. Enseignez-moi, éduquez-moi au cours de ces étapes, de sorte qu’elles me soient une retraite et une préparation à l’accomplissement de vos oeuvres. Comme à la Samaritaine que Vous avez rencontrée au bord du puits, révélez-moi les Sources vives, dont l’eau calme à jamais les soifs de certitude et de béatitude. Esprit-Saint, qui avez porté les Prophètes par les déserts de sable ou les étendues maritimes, soufflez sur mes yeux
afin qu’ils sachent voir partout, en toute créature, la Sainte Trinité, sur ma bouche, afin qu’elle ne dise et ne chante que la Vérité qui délivre. Ouvrez mon coeur à la beauté du monde, à la splendeur joyeuse des formes sensibles, pour que toutes mes rencontres soient autant de Louanges à Dieu et d’occasions d’amour, toutes les créatures autant de marchepieds vers le Créateur. Notre-Dame des Chemins, saints Patrons de la route, mon Ange gardien, écartez de moi tous les périls. Par-dessus tout, que la Volonté de Dieu s’accomplisse, même si elle paraît à mon désavantage corporel. Sous l’ombre de Vos ailes, ô mon Dieu, et de votre Amour, je me mets en route. Amen. » 

Père Joseph Folliet (1903-1972)

Prière du marcheur

Tu aimais marcher, Seigneur Jésus
et les gens aimaient ton pas.
Je t’imagine sous le chaud soleil
dévaler les collines de Galilée
ou gravir les montagnes de Judée.
Rien n’arrêtait ta marche sinon la misère des autres.

Aujourd’hui, je marche avec toi.
Je t’offre mes pas.
Chacun d’eux chante ma liberté.
Chacun d’eux rend grâces pour ma vie, mon souffle,
ma joie de vivre et de découvrir.
Chacun d’eux te bénit pour mon corps,
mon coeur et mon esprit reçus de toi.
Chacun d’eux te dit « je t’aime ».

Donne-moi l’audace du premier pas,
celui de la réconciliation qui tarde,
celui du père qui court au-devant de l’enfant prodigue,
celui que tu souhaites envers le pauvre,
celui de l’enchantement qui devrait m’emporter
vers les autres qui ne te connaissent pas.

Apprends-moi à marcher avec toi et comme toi
pour qu’à l’heure de mes derniers pas,
je les mette dans les tiens
et que je traverse le rideau de la mort en toute confiance.
Amen

Alain Roy, prêtre